semaine de la continence urinaire 2010Du 22 au 27 mars prochain aura lieu la 7ème édition de la semaine de la continence urinaire. Cet évènement a pour objectif principal de sensibiliser le grand public à un problème qui touche plus de 3 millions de personnes en France.

S’il est communément considéré que l’incontinence urinaire touche davantage les seniors, elle peut survenir à tout âge, d’où l’intérêt d’éduquer les plus jeune aux pratiques permettant de retarder son apparition.

L’incontinence urinaire souffre aujourd’hui en France d’une image très négative qui n’incite en rien les personnes qui sont touchées à consulter ou à en parler. Le changement d’appellation intervenu cette année n’est pas étranger à cette volonté de faire changer les mentalités et de briser le tabou qui règne autour de cette maladie (jusqu’à l’année dernière, l’évènement était baptisé « semaine contre l’incontinence urinaire »).

Plus de la moitié des femmes concernées par ce problème ne consultent pas de spécialiste et/ou n’en parlent pas à leur médecin généraliste alors que de nombreuses solutions, adaptées à chaque type d’incontinence urinaire, existent aujourd’hui. Et rappelons que plus le problème est diagnostiqué tôt, meilleurs seront les résultats. A ce titre, les généralistes, en première ligne face au problème, pourront apprendre à mieux communiquer sur le sujet et à instaurer le dialogue avec un patient souvent réticent à l’idée d’en parler. Cette formation passe également par une mise au point sur les dernières évolutions en matière de traitements et de solutions à proposer.

Cette volonté de sortir du silence et de dédramatiser la maladie semble s’inscrire dans l’ébauche de mouvance aperçue dans cette publicité ou l’on aperçoit Whoopi Goldberg sous les traits de femmes historiques souffrant de fuites urinaires. On espère voire rapidement d’autres manifestations de ce type utilisant cet angle de communication, cela incite davantage au dialogue, ce dont ont véritablement besoin les personnes qui souffrent d’incontinence urinaire.

Pour plus de renseignements, rendez-vous directement sur le site de l’Association française d’urologie.