Les femmes touchées par l’incontinence ne sont pas toujours celles que l’on croit. Pour preuve, les femmes en surpoids ou les sportives peuvent aussi être touchées.

Si l’accouchement (fragilisant le planchier pelvien) et la ménopause constituent les deux facteurs de risque les plus connus de l’incontinence urinaire, l’activité physique peut aussi l’entraîner. Certains exercices, commes les exercices impliquant des sauts répétitifs, vont jusqu’à multiplier par 3 à 5 le risque d’incontinence, et ce, quel que soit l’âge. Une étude précise même que que près de 30% des athlètes de haut niveau le sont, comme 65% des gymnastes, 50% des joueuses de tennis et 45% des basketteuses.

De même, la surcharge pondérale, entaînant une pression de l’abdomen sur la vessie et les muscles pelviens, multiplie par 6 le risque d’incontinence.

Dans tous les cas, il ne faut pas attendre que ça s’arrange tout seul. L’idéal est d’en parler tôt à son médecin. Plus le problème sera pris en charge tôt, plus vous aurez de chance qu’il se résolve.