Bienvenue sur info-incontinence.com !

Vous trouverez ici un lieu de réponses aux questions que vous vous posez, et des solutions pour ce problème naturel.

  • Recent Posts

  • Catégories

  • Meta

  • Archives

  • SHOW / HIDE NAVIGATION

    Lorsqu’un enfant de plus de 5 ans pour les filles et 6 ans pour les garçons ne parvient pas à contrôler sa vessie, on parle d’énurésie. 10% des enfants de 6 ans sont concernés et 1 à 2% des adolescents. Et ce ne sont pas les seuls : jeunes, personnes en surpoids…  n’importe qui peut être victime de troubles urinaires.
    Ces enfants sont donc sujets a un trouble du contrôle physiologique de la vessie : mais pas de panique, des solutions existent ! Nous allons ici parler plus précisément d’énurésie nocturne.

    Enfants et troubles urinaires / © Jupiter

    Enfants et troubles urinaires / © Jupiter

    Quelle énurésie touche mon enfant ?

    Votre enfant n’a jamais été propre bien qu’il ait plus de 5 ou 6 ans? Il s’agit alors d’énurésie primaire. Cela peut avoir différentes origines:

    - manque de maturité du système urinaire
    - facteur héréditaire : si vous avez vous-même été énurétique, sachez que votre enfant a 1 chance sur 2 de l’être, et 75% de chance si ses deux parents l’ont été
    - sommeil profond : l’enfant ne se réveille pas car il ne sent pas son besoin d’uriner
    - taux d’hormone ADH (antidiurétique) faible : la production de cet hormone augmente la nuit pour facilité la rétention d’eau par l’organisme et diminuer le volume d’urine sécrétée, un enfant énurétique peut être en déficit d’ADH
    - lésion mineure d’un nerf : cela peut diminuer la sensibilité d’un enfant à détecter son envie de faire pipi
    (Notez que les deux dernières causes d’énurésie évoquées sont les moins fréquentes)

    En revanche, si les troubles apparaissent alors que votre enfant a été propre sur une période de plus de 6 mois, il s’agit d’énurésie secondaire. Cela est souvent causé par un stress émotionnel ou un trouble de la santé (infection des voies urinaires ou diabète sucré).

    Sachez enfin que l’on distingue énurésie total (l’enfant urine toutes les nuits), clairsemée après 8 ans (les troubles sont en lien avec les événements de la journée), intermittente (énurésie sur certaines pétiodes) et épisodique (les accidents surviennent exceptionnellement, au cours de maladie, de séparations, d’événements familiaux importants).

    Comment en parler avec mon enfant ?

    L’énurésie peut avoir des répercussions psychologiques sur l’enfant : honteux de faire pipi au lit, il peut culpabiliser et perdre sa propre estime. Il ne faut donc pas le blâmer, le disputer ou encore le punir. Il ne fait pas cela de façon volontaire et le traiter ainsi ne ferait qu’aggraver la situation.

    Au contraire, offrez-lui votre soutien et dédramatisez son symptôme. Faites lui remarquer que l’énurésie est courante et qu’il s’en débarrassera bientôt. Incitez-le à aller au toilette avant de se coucher et évitez qu’il boive trop le soir (notamment les boissons avec du chocolat ou du cola). Proposez-lui de vous aider à changer les draps. Adoptez une attitude neutre afin de montrer que la situation n’est pas inhabituelle: ne le blâmez pas, mais ne le récompensez pas non plus s’il devient propre. Encouragez-le tout simplement.

    Quelles solutions pour traiter l’énurésie ?

    Si vous et votre enfant ne parvenez pas à gérer cet énurésie par la thérapie comportementale (comme expliqué ci-dessus), vous pouvez opter pour un traitement médicamenteux ou encore un « pipi stop ».

    Consultez votre médecin traitant qui pourra prescrire à l’enfant de plus de 6 ans de la desmopressine. Il pourra d’autre part discuter avec lui afin de le rassurer sur ce problème naturel qui peut être guéri. Attention toutefois, la prise de médicaments n’est pas systématique et comporte des effets secondaires (maux de tête et congestion des sinus par exemple).

    Enfin, vous pouvez opter pour un appareil électrique, appelé « pipi stop », qui déclenche une sonnerie dès les premières gouttes d’urine. Si cela ne réveille pas l’enfant lui-même (qui est la plupart du temps sujet à un sommeil profond), vous l’entendrez et pourrez l’aider. Au fur et à mesure, l’enfant se réveillera de plus en plus facilement et au bout de 12 semaines en général l’énurésie aura disparu.


    Contrairement aux idées reçues, l’incontinence urinaire n’est pas seulement un problème chez les seniors. La preuve: 12% des jeunes femmes de 20 à 29 ans souffrent d’incontinence ! Même pourcentage pour les hommes du même âge. Pas facile alors d’assumer ce dysfonctionnement.

    info incontinence

    Comment traiter son incontinence urinaire?

    Pour faire face à ce genre de problème, la meilleure solution est comme toujours de consulter. Dialoguer avec son médecin traitant peut permettre d’établir un diagnostic selon les circonstances d’apparition et de déclenchement. Un examen clinique permet de confirmer le diagnostic puis un examen urodynamique peut être nécessaire afin de chiffrer la gravité de l’incontinence et de déterminer l’origine du problème: insuffisance du sphincter ou instabilité de la vessie. Trois traitements sont possibles, suivant le type d’incontinence diagnostiqué: rééducation, médicaments (seuls ou en complément d’une rééducation) ou une opération parfois minime mais qui peut suffire pour obtenir des résultats concluants.

    L’incontinence urinaire n’est pas un tabou

    Pour les moins à l’aise avec ce problème, sachez que plus de 3 millions de français sont concernés! Vous pouvez d’ailleurs vous rendre sur des forums de l’incontinence urinaire où vous pourrez partager votre problème avec des personnes victimes du même dysfonctionnement. Et n’oubliez pas qu’il ne faut surtout pas avoir honte et ne pas hésiter à consulter car plus tôt vous aurez commencé un traitement, plus il sera rapide et efficace.